Où êtes-vous sur l’échelle TRL ?

Définir le niveau de maturité d’une innovation ou technologie est un élément essentiel du financement d’un projet de recherche et développement. L’échelle TRL, pour Technology Readiness Level, fait référence en la matière. Issue du domaine de la recherche spatiale, elle indique le stade d’avancement d’une technologie vers son industrialisation.

Ce positionnement de la technologie permet de caractériser un projet de R&D&I en indiquant quelles étapes préalables ont été franchies, et quelles sont les perspectives de développement ultérieures. L’échelle TRL repose sur neuf stades d’avancement technologique où l’on peut schématiquement distinguer trois phases :

  • TRL 1 à 3 : recherche fondamentale (« recherche ») ;
  • TRL 4 à 6 : recherche appliquée et démonstration technologique (« développement ») ;
  • TRL 7 à 9 : développement expérimental et pré-industriel (« innovation »).

Les étapes 4 de qualification en environnement réel et 7 en environnement opérationnel sont donc cruciales car elles impliquent un changement de nature de la recherche. Elles impliquent des risques spécifiques, qui sont à la fois techniques, liés à la validation expérimentale, et financiers, associés au « pari » de la mise en application d’une technologie nouvelle. On pense ici aux activités de capital-risque reposant sur une combinaison d’échecs et de forts potentiels de croissance.

En matière d’aides publiques à la R&D&I, les types de soutien (subvention, avance remboursable, mesures fiscales, labels…) et l’intensité de l’aide s’adapteront aux perspectives d’industrialisation ou de commercialisation. L’échelle TRL est par exemple utilisée par le programme européen Horizon 2020 (2014-2020) avec des critères d’éligibilité reposant sur des niveaux de maturité en début et en fin de projet ainsi que des taux de cofinancement variant selon les types d’action.

Cette échelle présente bien sûr des limites, puisqu’elle repose sur une conception essentiellement linéaire et séquentielle de l’innovation. Son application peut également nécessiter des adaptations selon les secteurs : la Commission européenne a publié en 2018 un guide dédié à l’utilisation de cette échelle dans le domaine des énergies renouvelables. Par ailleurs, la recherche industrielle peut lui préférer l’échelle MRL, Manufacturing Readiness Level.

Savoir précisément caractériser le niveau de maturité technologique de votre projet pour mieux en définir le potentiel demeure déterminant pour sa bonne compréhension, et peut donc s’avérer être une composante majeure de son attractivité.